Favoriser toutes les initiatives qui participent au développement durable de notre cité et plus spécifiquement la valorisation des équipements sportifs, pour qu'ils profitent au plus grand nombre en respectant au mieux notre environnement actuel et celui de nos enfants

Twitter


lundi 29 juillet 2013

Gazon maudit pour OL Land...

"Est niçois qui mal y pense ?"

Bon, sur le Montout... pas plus de brin d'herbes que sur la dune du Pyla !





samedi 27 juillet 2013

Gerland est-il en train de faire de la résistance ?

Ah notre seul grand stade de Lyon est-il en train de faire des misères à notre président ?




mercredi 24 juillet 2013

NVB pour OL LAND ?


mercredi 24 juillet - par Marc Chinal

La ministre Najat Vallaud Belkacem soutient la destruction de la nature

Décidément, les socialistes prônent la destruction de la nature, même lorsqu’ils sont moins vieux que d’habitude, même lorsqu’ils sont de sexe féminin, même lorsqu’ils sont issus de l’immigration récente, même lorsqu'ils ont eu de bons dipômes. C’est peut être cela la « réussite » : faire exactement pareil que ses pairs.
Notre ministre du droit des femmes est une cumularde, elle siège aussi au conseil général du Rhône. Et vendredi 19 juillet 2013, elle a voté comme ses amis socialistes et ses collègues centristes, pour le soutien financier à un projet destructeur de la nature, à savoir : OL-Land, un complexe immobilier sur des terres agricoles.
Vous connaissez « notre dame des landes » avec encore une fois un socialiste aux manettes (notre premier ministre), vous allez connaître « OL-land », le projet de faire un 2éme stade de foot géant pour la métropole lyonnaise, aussi inutile que coûteux.
Et lorsqu’un média indépendant demande à notre ministre du droit des femmes, par écrit, pourquoi le département a voté une caution financière de 40 millions d’euros pour un projet privé, et bien… Pas de réponse. Ni aucune réponse des autres socialistes (à part 1 qui a osé dire « non » à ce projet inutile et destructeur), pareil pour les « centristes » qui se sont enfermés dans le silence.

Normalement le département se porte caution pour des constructions qui aident l’insertion des handicapés.
Ce 2ème stade géant de la métropole lyonnaise est-il à destination des handicapés ?
Normalement, le département se porte caution pour des équipements sportifs qui profitent à tous.
Est-ce que la pelouse de ce futur stade servira aux jeunes des quartiers de cette banlieue Est de Lyon ?
Evidemment non.

Qu’est-ce que cette caution ?
Monsieur Aulas, propriétaire de l’Olympique Lyonnais a depuis des années (officiellement depuis 2007) l’envie d’être propriétaire de SON stade. Mais il n’a pas assez d’argent pour le construire. Et les investisseurs, malgré les copinages, hésitent à dépenser de LEUR argent dans un projet qui risque même de couler l’Olympique Lyonnais s’il n’arrive pas à payer ses dettes ! Aussi, pour les rassurer, Gérard Collomb fait voter des aménagements à coups (et coûts) de centaines de millions d’euros (environ 400 Millions d’euros, soit 2,6 milliards de francs). Mais cela ne suffit pas pour trouver de l’argent pour le stade. Alors, pour rassurer le futur constructeur du stade, Vinci, le département du Rhône fait voter une garantie sur des obligations dont la rémunération est largement supérieure à celle du Livret A !

Mais la destruction de la nature n’est pas la seule chose détruite dans ce projet. La démocratie est écrasée, les chiffres sont biaisés, les mots sont corrompus, comme on en a la preuve par l’image et le son dans le documentaire « Corrompu[e][s] Grand stade OL-land, syndrome de notre société » dont a même osé parler le journal Libération.

Et que dire de la partie « économique » ? Le marché de l’immobilier à Lyon est inondé par des constructions de bureaux (bientôt de nouvelles tours vont être construites dans le quartier de La Part-Dieu) bureaux qui restent souvent vides et lorsqu’ils sont remplis, c’est grâce à des transferts de sociétés déjà existantes qui vident d’autres lieux… Le serpent se mord la queue.
Or OL-land est avant tout un projet immobilier dont la rentabilité est fonction de la revente de milliers de mètres carrés de bureaux…

Quelles conséquences politiques ?

Ce mépris socialiste va engendrer une guerre terrible aux municipales 2014 à Lyon. Mais pas seulement à Lyon, car c’est dans tout le pays que la destruction de la nature continue à progresser ! Vraiment un beau progrès !
Bien sûr, il y aura dans l’équation, le chantage socialiste : « si les verts n’appellent pas à voter socialiste, c’est la droite qui gagnera ! Voire l’extrême droite ! »
Mais ce chantage n’est plus possible car il fait perdurer l’augmentation des pollutions dans tous les domaines.
L’idéal « politique » serait que les verts deviennent la 1ère force politique de gauche… Mais est-ce possible dans un monde « réaliste » qui ne jure que par l’utilisation de la voiture ?
Surtout que « les verts » ne sont pas une formation politique très homogène, allant des carpettes les plus dociles prônant la croissance verte avec voitures électriques autant polluantes et destructrice d’environnement, jusqu’aux « rebelles » qui osent parler objection de croissance et refonte totale de la société.

Quoi qu’il en soit Mme la ministre, vous avez voté une décision très lourde de conséquences. Et c’est dommage, car une partie de moi croyait en vous.


Mme la ministre, élue au département du Rhône :
http://www.rhone.fr/content/view/elu_fiche/966?ajax=true

Mme la ministre présente à ce vote :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=5ocJj9kPEkM

Le résultat du vote :
http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Dossiers/OL-Land/Grand-Stade-la-garantie-du-Departement-a-ete-revotee

Le site de l'OL avec le grand stade :
http://www.olweb.fr/fr/club/grand-stade-167.html

Le documentaire qui permet de comprendre la réalité de ce projet :
http://www.editions-rjtp.com/corrompu/

L’article d’un des médias qui ose parler de ce documentaire :
http://www.liberation.fr/sports/2013/06/16/grand-stade-de-l-ol-un-film-donne-la-parole-aux-opposants_911354
mais il y en a d’autres, dont des médias spécialisés dans le foot.

OL Land de A à Z: Historique, il est, notre stade de Gerland !


lundi 22 juillet 2013

Voici pourquoi la garantie du conseil général du Rhône est toxique



Assemblée plénière du 19 juillet 2013
Stade des Lumières - Société foncière du Montout - Demande de garantie.

Intervention de Raymonde Poncet

Madame La Présidente,
Mes chers collègues, 

Alors que le CGR n’a pas encore purgé ses emprunts toxiques, voici la garantie toxique ! Son coût de sortie est connu, lui : 40 millions d’euros dans 10 ans ou avant en cas de redressement ou de liquidation judiciaire de la Foncière du Montout.

Alors que dans d’autres délibérations proposées ce jour et concernant nos missions sociales, le CGR baisse ses subventions au nom de l’état de nos finances départementales, le conseil général prend le risque de devoir rembourser 40 millions d’obligations au groupe Vinci et le risque est plus grand pour la collectivité que pour les grands groupes privés qui savent les mesurer et lire un business plan.
Car si le risque n’était pas si grand, vous le savez, le tour de table serait bouclé depuis deux ans et Vinci, annoncé en juillet 2011, ne se serait pas désengagé de son rôle de co-partenaire du projet.

Nous sommes ainsi appelés à garantir la moitié des obligations souscrites par Vinci, dont le produit fera l’objet d’un nantissement pour payer le même Vinci Constructeur-concepteur.
Vinci apporte donc les capitaux pour garantir d’être payé pour son chantier. Mais prend t-il pour autant le risque de n’être pas payé en tant que propriétaire des obligations ? Aucunement !
Vinci garantit le service de ses obligations, soit le remboursement du nominal et le versement d’intérêts importants à hauteur de près de 45 millions, non pas sur l’hypothèque du stade, cela c’est pour le CGR, mais sur notre collectivité à hauteur de 40 millions de nominal. Notre collectivité se paiera sur le stade – mais personne ne l’achètera - si le modèle s’effondre !

Les obligations de Vinci sont totalement sécurisées, le risque est donc nul et les intérêts devraient être faibles mais pas ici, Vinci exige une rentabilité élevée pour des obligations de long terme de risque zéro. Qu’importe si le taux d’intérêt de ce type d’obligations garanties atteint en France en 2013 son plus bas niveau historiqueVinci bénéficie d’un taux d’intérêts exceptionnel, ce qui confirme indirectement que personne ne souscrirait au taux du marché obligataire pour ce projet à très haut risque et que ceux qui engagent des fonds bénéficient d’un rapport de force inédit et à leurs conditions en privatisant d’énormes profits financiers et en externalisant le risque.

Ce montant exorbitant en intérêts exigés par Vinci fragilise d’autant le modèle économique du projet d’autant que l’essentiel du financement du stade est le fait d’emprunts bancaires, de crédit bail et d’émissions obligataires.
Il suffirait que les résultats ne soient pas au rendez vous et ils ne le sont pas depuis 3 ans -peut être 4 - de résultats déficitaires, que la Foncière du Montout soit en forte difficulté, pour que ces 40 millions soient exigés immédiatement à la collectivité. En effet, si cette filiale est face à l’impossibilité de payer les coupons de remboursements et leurs intérêts et demande l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire, les obligations Vinci deviennent exigibles et notre garantie sera appelée.
Il dépendra alors de l’autorité du président de l’OL Groupe de couper alors la branche malade, sa filiale du Montout, tout en gardant son club alors que son projet s’effondre, nous laissant une part du passif.
Cette situation est malheureusement loin d’être improbable, ce qui explique je le rappelle, le peu d’empressement pour entrer en fonds propres en numéraire – seulement 65 millions sur 405 ! – 
Enfin, comment lever plus de 80 millions de nouvelles obligations convertibles en actions au niveau de l’OL GROUPE, quand la valeur boursière est inférieure à 30 millions d'euros. Cette opération ne prépare-t-elle pas la prise de contrôle du club par un des pays du Golfe, tant vantés et courtisés ?
Le montant même de la redevance pour la location du stade que devra payer l'Olympique Lyonnais à sa filiale chargée de rembourser les emprunts, n'est même pas connu… s’il était trop faible, ce serait de l'abus de biens sociaux.
Comment expliquer alors cette obstination déraisonnable dans ce projet privé, inutile, coûteux et qui risque de se traduire par le rachat par la future métropole d’un 2ème stade à des coûts futurs inconsidérés ?
Le doit-on au protocole d’accord entre quelques décideurs voici une poignée d’années en un temps où la crise de ce modèle économique et financier n’avait pas éclaté ?
Ou au poids des groupes privés dont l’OL groupe ou Vinci qui, par la construction du stade, ou par l’exploitation des infrastructures hôtelières et de services tablent sur des opérations hautement lucratives, à l’ombre du stade, notamment sur les terrains qui ne font pas partie de notre hypothèque pas plus que les terrains d’entraînement d’ailleurs, et dont il sera aisé de libérer d'importantes plus-values foncières.

Ainsi ce projet dont on nous a tant vanté le caractère privé, ne cesse de solliciter des ressources publiques.
« Un projet complètement privé » d’après la note ministérielle au Préfet de région qui sollicite pourtant pour 32 millions d’obligations le Groupe public Caisse des dépôts et Consignations dont l’objet il est vrai est aussi de « répondre aux besoins que le marché seul ne peut satisfaire » et effectivement c’est le cas ici en contradiction avec la note au préfet.
« Un projet complètement privé » conditionné à la garantie de notre collectivité publique territoriale des obligations du groupe privé Vinci.
« Un projet complètement privé » qui n’a pas eu les moyens de financer comme pour tout projet privé l’échangeur 7 desservant son stade privé et a sollicité en urgence pour un tiers son financement par le Grand Lyon et pour un tiers déjà notre collectivité publique.
« Un projet complètement privé » dont les besoins en infrastructures et en lignes de transports en commun de plusieurs centaines de millions ont repoussé d’autant les lignes utiles pourtant inscrites au Plan de Déplacement Urbain.

Plus le dossier de garantie s’étoffe, plus il démontre sa vulnérabilité, ce que confortent les réponses parcellaires à nos questions, questions que poserait n’importe quel créancier pour s’engager, nous ne saurons donc rien du plan de trésorerie ni du business plan, rien de la rémunération des obligations remboursables en actions et de leurs échéances, rien des taux d’intérêts exigés par les banques, rien de la réponse de la commission européenne à la notification des aides. Notification qui n’a d’ailleurs pas fait état des dépenses publiques pour la desserte du Stade -Voiries, échangeur, tramway - : y aurait-il mensonge par omission ?

Aujourd'hui, l'exécutif départemental est incapable de nous dire quelles seront les recettes nouvelles d'un club en déficit chronique - 90 millions d'euros sur les trois dernières années - pour couvrir le service des capitaux empruntés : est-ce qu'il n'y en a pas suffisamment ou sont-elles inavouables ?

En conclusion, le promoteur du stade peut « vendre » à qui demande à être abusé, une clause de 5 % des heures travaillées en faveur de l’insertion, nous avons Madame la Présidente, pour 40 millions, beaucoup mieux à proposer en termes de retombées pérennes sur l’emploi, et les clauses sociales et environnementales devraient figurer dans tous les projets, on peut s’esbaudir d’opérations d’invitation à destination des collèges pour assister à des matchs de foot professionnels pour mieux prétendre croiser nos compétences, il n’en demeure pas moins que ceux qui accepteront de sauver ce projet du passé au lieu de rénover le stade de Gerland et de persister alors que tout indique qu’il n’est plus d’actualité, perdront toute légitimité à parler rigueur aux rhodaniens comme aux agents territoriaux.

Si cette délibération est votée, elle deviendra un nouveau cas d’école dans quelques années de l’aveuglement et de la fuite en avant d’une partie du monde politique partageant la même vision dépassée.
Nous aurons pourtant alerté comme de nombreuses associations.

Nous votons contre cette garantie publique et demandons un vote nominal.

Je vous remercie.

vendredi 19 juillet 2013

Les élus centristes et socialistes du département ont voté la garantie financière pour OL Land

Ils l'ont fait, les élus centristes et socialistes du département viennent de signer une contre-garantie financière en faveur d'OL Land...

Voilà qui est maintenant clair, cet engagement ne pourra jamais être orphelin aux yeux de l'ensemble des contribuables !

La traçabilité de cet engagement est bien "estampillé de partout" et les différents protagonistes ne pourront jamais arguer qu'ils n'ont pas eu un niveau d'information maximum !





De la glorieuse incertitude du sport au risque financier

De la glorieuse incertitude du sport au risque financier
                            
Il y a peu encore, les spectateurs (et téléspectateurs) pouvaient vibrer grâce à la glorieuse incertitude du sport. L’intensité compétitive qui régnait au sein d’une discipline sportive ou d’une ligue, cadrée par des règles et une éthique sportives, contribuait à optimiser le caractère spectaculaire des compétitions en favorisant l’incertitude du résultat, les rebondissements et l’existence d’enjeux. Cette incertitude du résultat participait de l’attractivité du sport et permettait aux clubs de remplir les stades, de drainer d'importants financements auprès des sponsors et des chaînes de télévision.
Le partage égalitaire des revenus tirés de la TV a longtemps limité, les écarts entre les clubs sportifs au sein notamment de la ligue 1 de football. Mais, depuis une décennie, les critères de répartition sont devenus moins égalitaires en indexant une part croissante des revenus TV redistribués sur les performances sportives et la notoriété télévisuelle de chaque club.

Cela avantage financièrement les grands clubs et, via le recrutement à grands frais des meilleurs joueurs, déséquilibre les ligues. La participation des grands clubs à la Ligue européenne des champions creuse davantage encore les écarts de revenus avec les clubs qui n'y participent pas. Il s'ensuit une course aux « grosses cylindrées » et à une concentration des revenus sur quelques clubs dans chaque ligue nationale en Europe, laquelle prédétermine une concentration croissante des victoires sportives sur ces clubs.  (Wladimir Andreff*)

Cette course à la pole-position se traduit par l'inflation des salaires et des primes de transfert qui déséquilibre ainsi les finances des clubs engagés dans cette compétition (et l’OL Groupe n’y échappe pas puisque ses résultats sont en nette baisse depuis 2007 et négatifs depuis la saison 2009/2010 ; au cours des 4 dernières années comptables le total de ses pertes devrait dépasser 100M€). Mais cette course aux grosses équipes anéantie l’existence d’enjeux, participe au désintérêt du spectacle offert et contribue à faire fuir les spectateurs qui par temps de disette taillent dans le superflu (la moyenne du remplissage du stade de Gerland saison 2012/2013 a été de 78% avec 32.086 spectateurs sur 41.044).

L’UEFA tente bien de remédier à cette dérive financière en instaurant le fair-play financier. Règles qu’il ne sera pas facile d’imposer vu les sommes en jeu, car si elles avaient été appliquées dès 2011, 54 % des clubs qualifiés en Ligue des champions et à l'Europa League auraient été en infraction.

L’appât du gain tue la poule aux œufs d’or et risque bien d’engloutir les fonds des collectivités.

Comme chacun le sait, le sport est fait d’incertitudes et le monde des affaires déteste les incertitudes. Nos Conseillers Généraux (du Rhône) feraient bien d’y songer et de se rappeler la mission qui est la leur avant de se prononcer sur le cautionnement d’un projet à propos duquel aucun business plan ne leur a jamais été présenté, ni même la capacité de la Foncière du Montout (filiale de l’OL Groupe au capital de 1,3M€) à rembourser ses emprunts en 7 ans.

Ont-ils seulement envisagé le risque financier qu’ils feraient porter aux collectivités du Conseil Général du Rhône et du Grand-Lyon (compte tenu du projet de métropole concocté par les sieurs Mercier et Collomb) si par malheur la convention soumise au vote des conseillers ce 19 juillet venait à être adoptée. 

Le président de l’OL Groupe se veut rassurant et répète à l’envi, « Nous avons gagné tous nos recours …», mais il se fait menaçant dès lors qu’il constate que l’opposition à son projet est toujours bien présente, qu’il y a encore 10 recours non purgés (dont le PC qui devra certainement attendre l’avis de la cour de cassation) et qu’il entrevoit encore de nouvelles difficultés sur l’obtention du cautionnement et du financement de son projet.

N’en déplaise à ces messieurs défenseurs du projet OL Land, la justice doit être égale pour tous et selon la constitution française, Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction … (riches ou pauvres).

Le temps où l'on pouvait bétonner sans limite, orienter l'argent public sans trop de contrôle, mépriser les citoyens sans vergogne est révolu. Ceux qui nous gouvernent et qui envisagent de briguer de nouveaux mandats devraient y songer, car la réalité finit toujours par resurgir au grand jour et par les rattraper. Et nous serons là pour leur rappeler leurs propos fallacieux et mensongers.

En ces temps d’austérité et de restrictions budgétaires, le collectif « Les Gones pour Gerland » demande aux Conseillers Généraux de rester dans le cadre de leurs missions de solidarité en ne cautionnant pas une entreprise cotée en bourse, une équipe professionnelle de football (très, très, très chèrement payée), et en faisant l’économie d’un deuxième projet pharaonique dans l’agglomération lyonnaise pendant qu’il en est encore temps.

Les temps des emprunts et cautions toxiques doivent cesser, ce projet comme d’autres capotera car il comporte en lui-même tout le mépris d'une oligarchie et d’une caste avide d’honneur et de gains et qui n'ont pas compris que l'on ne peut plus se moquer du monde indéfiniment.

Pour que Lyon devienne la capitale du développement durable, gardons l’OL à Gerland !

Le collectif « Les Gones pour Gerland » 




*Wladimir Andreff Professeur émérite à l'Université de Paris I Panthéon Sorbonne

OL LAND: peut-on dire qui ne votera pas cette caution ?

Même si Michel Mercier (UDI), ancien président du conseil général du Rhône, Sénateur Maire de Thizy-les-Bourgs, l'affirme "coram populo": 
« Le dossier a été complété et le vote sera le même que le 30 novembre » 
Même si Thierry Philip (PS), le clame d'une même voix (ah tiens ?) haut et fort:
« Nous sommes des gens cohérents, donc nous voterons comme le 30 novembre »
De plus en plus d'élus de tous bords s'interrogent légitimement sur cette opération de nouvelle contre-garantie du département du Rhône en faveur du projet d'OL Land.

Au risque de recevoir les foudres de la nouvelle nomenklatura colombo-aulassienne (non, non ce n'est pas une insulte, ça vient du russe: номенклату́ра) mais nous pouvons d'ores et déjà affirmer que ce scrutin sera serré, très serré !



Le groupe UDI n'a pas une position aussi unanimiste qu'en novembre et même si ce groupe a perdu un de ses membres, les 17 restants ne vont pas tous voter les "doigts sur la couture du pantalon" peu s'en faut. La scission du département n'est pas aussi appréciée que ça parmi le groupe centriste, leur vote est incertain !

Le groupe UMP adoptera une attitude responsable et cohérente et votera contre la délivrance de cette caution ! Les différents élus de ce groupe, nous ont tous renouvelé leur engagement indéfectible !

Dans le groupe Socialistes et apparenté, les consignes et les ordres péremptoires ont de plus en plus de mal à passer. On peut espérer quelques actes d'éclats de la part de certains... comme pour le groupe Radical et centre gauche.

Parmi les élus du groupe communistes et républicains, Marie-Christine Burricand et Christian Falconnet se prononceront sans aucune équivoque.

Le groupe Europe écologie les verts n'aura également aucun état d'âme à refuser que les deniers publics servent à garantir le financement de ce projet.

Le dissident du groupe UDI (groupe non-inscrit) va-t-il adopter une pseudo-discipline de groupe alors qu'il vient de les quitter ?

Ah décidément,  cette caution semble de moins en moins plébiscitée par les élus de notre assemblée départementale !

On comprend mieux maintenant les surréactions récentes et les communiqués musclés des promoteurs d'OL Land !




jeudi 18 juillet 2013

OL Land: encore des mensonges et des contre-vérités ?

Nous voulions porter à la connaissance de nos lecteurs une communication de l'association CANOL qui a informé les 54 conseillers généraux du Rhône sur les risques inhérents à cette contre-garantie... encore des mensonges et des contre-vérités ?




CANOL demande aux conseillers généraux du Rhône de s’opposer au vote d’une nouvelle garantie d’emprunt de 40 millions d’euros pour l’OL land.

Le conseil général du Rhône, après avoir retiré en mai la garantie de 40 millions d’euros octroyée en novembre 2012, propose à nouveau le 19 juillet de garantir un emprunt de l’Olympique Lyonnais à hauteur de 40 millions d’euros.

L’Olympique Lyonnais n’a pas les moyens de financer le grand stade qu’il veut construire à Décines :
  • il a dilapidé la totalité de la trésorerie obtenue lors de son introduction en bourse
  • l’action OL Groupe a perdu plus de 90% de sa valeur : elle est aujourd’hui à 2,13 € contre 24 € lors de son introduction
  • ce projet, soi-disant privé, a complètement dérapé, faute de trouver les financements adéquats : dans la proposition faite aux conseillers généraux, outre la garantie du conseil général, il est indiqué que l’établissement public Caisse des Dépôts et Consignations apporterait 32 millions d’euros, donc encore avec l’argent des contribuables !
  • l’OL Groupe n’a aujourd’hui plus de fonds propres à apporter dans cette opération. Parmi les 135 M€ de « quasi-fonds propres » mentionnés, figurent 80 M€ d’obligations remboursables en actions nouvelles ou existantes. Or qui va souscrire à ces obligations quand on voit le parcours de l’action et l’échec des dernières souscription lancées par l’O.L. ?
  • On ne parle plus du besoin de 150 M€ supplémentaires destinés à financer les activités hors foot professionnel : centre de loisirs, restaurants, activités commerciales et tertiaires diverses destinés à rentabiliser globalement l’opération « O.L. Land ».
  • de nombreux recours juridiques risquent encore d’entraver cette opération.
  • En ce qui concerne ceux déposés par CANOL, nous attendons la réponse de la Direction de la Concurrence de la Commission Européenne au vu de l’ensemble des aides accordées par les pouvoirs publics français pour la construction de ce stade. Le tribunal administratif ne s’est pas non plus positionné quant à la valeur des terrains vendus par le Grand Lyon, ce qui risque de majorer encore le coût de l’opération de plusieurs dizaines de millions d’euros.
  • les recettes d’activité de l’O.L. baissent d’année en année depuis 2007 et rien ne permet de garantir qu’elles remonteront dans les prochaines années. Ses comptes seront toujours en déficit pour la saison 2012-2013.

Dans ces conditions, on ne voit pas comment l’O.L. serait en mesure de faire face aux échéances de remboursement de ces différents emprunts qui s’échelonneront de 2017 à 2023 et le Département du Rhône, compte tenu de la garantie donnée, sera alors dans l’obligation de verser les 40 M€ promis !

Le financement d’un club professionnel pour la construction d’un stade privé ne fait pas partie des missions du Département du Rhône :
  • le financement des clubs sportifs professionnels ne fait aucunement partie des missions dévolues aux départements.
  • le soutien à la pratique du sport n’est qu’une compétence que le conseil général du Rhône s’est octroyé dans le cadre de sa politique de l’enfance. Le fait que l’agglomération dispose d’un stade de 60 000 places à Décines en plus d’un stade de 42 000 places à Gerland, dont la fréquentation baisse chaque année, n’apporte rien à la pratique du sport.
  • il n’a jamais été demandé l’avis des habitants du Rhône sur ce projet dispendieux et les conseillers généraux du Rhône n’ont pas été élus pour délibérer dans le cadre d’une compétence qu’ils n’ont pas.

Le Département du Rhône n’a ni le droit ni les moyens d’utiliser l’argent public pour la construction de ce stade :
  • il a à faire face à la construction d’un Musée qui lui coûtera plus de 250 M€ de plus que le coût initialement prévu
  • il est empêtré dans 450 M€ de prêts toxiques qui lui ont déjà coûté 27 M€ d’intérêts supplémentaires en 2012.
  • il ne maîtrise pas le coût des dépenses sociales qu’il est obligé d’assumer.
  • il est incapable de réduire les autres dépenses qui augmenteront encore de 2,4% en 2013.
  • il vient encore de ponctionner les contribuables de 50 M€ chaque année en augmentant la taxe foncière de plus de 20% !

Les contribuables et leur argent doivent être respectés et nos conseillers généraux ne doivent pas le dilapider dans des opérations inutiles et hasardeuses.
Nous leur demandons de refuser de voter cette garantie.







OL Land: menaces et opportunités pour tous les lyonnais...



Salle des Fêtes de Thizy-les-Bourgs, 19 juillet 2013, 11h00...

L'assemblée départementale se réunit, entre autre, pour voter sur une délivrance d'une caution en faveur d'OL Land !

C'est vrai que c'est le quitte ou double pour les promoteurs d'OL Land... Pour un "projet privé"... c'est effectivement un projet privé, PRIVÉ  DE  FINANCEMENT plus exactement... et ce PROJET EXEMPLAIRE vient solliciter les élus du département pour une contre-garantie financière du département du Rhône !

C'est cette menace qui semble peser de plus en plus aux promoteurs du projet OL Land et qui représente une véritable opportunité pour tous les lyonnais de pouvoir préserver les derniers espaces agricoles péri-urbains de notre agglomération !

C'est vrai, 54 élus, ça ne laisse pas beaucoup de marge de manoeuvre  pour les promoteurs d'OL Land, d'ou cette nervosité grandissante !

Voici la composition de l'assemblée départementale... Vraiment pas sûr de pouvoir réunir, cette fois-ci, une majorité pour contre-garantir ce projet !












mercredi 17 juillet 2013

OL Land: pour qui sont ces menaces... ?

Les promoteurs d'OL Land ne font toujours pas dans la dentelle...

On aimerait bien savoir quelles sont ces prétendues contre-vérités et en quoi elles sont flagrantes ? 

La seule vérité flagrante qui leur ferait si peur c'est le fait que leur projet n'est plus depuis longtemps un projet privé et que son financement repose maintenant sur des concours publics et, de plus, qu'il est nécessaire d'obtenir une contre-garantie du département pour rassurer des investisseurs.

Serions-nous justiciables de ces vérités ?





OL Land... même les marchés n'y croient plus !


mardi 16 juillet 2013

Le modèle économique d'OL Land n'est pas viable ni vital...

A trois jours du vote du conseil général du Rhône pour la délivrance d'une caution en faveur d'OL Land qui se tiendra à Thizy les Bourgs, nous voulions porter à la connaissance de nos conseillers généraux l'analyse ci-dessous...

Nous nous attacherons à ce que les précédents signataires de la caution aient bien eu cette information à leur disposition !





Mais reprenons, est-ce que les élus du groupe Union des démocrates et indépendants vont, cette fois-ci, signer les yeux fermés cette caution "toxique"?

On connait les positions individuelles des uns et des autres qui ne veulent pas se laisser aller à renouveler la mauvaise expérience de fin 2012 !


Le seul groupe monolithique et unanimiste c'est celui du groupe Socialistes et apparentés qui va voter comme un seul homme (moins un seul très courageux) pour la délivrance de cette caution qui hypothèque nos finances publiques !

Merci à Bernard Chaverot de faire de nouvelles émules contre la délivrance de cette caution toxique !


La cabine téléphonique du groupe Radical et centre gauche ne permettra pas de changer le cours des choses ! Il pourrait pour le moins accepter d'héberger le non-inscrit du département qui votera avec le même "courage" ?

non-inscrit:


Ah, voilà qui devient de moins en moins évident de trouver un nouveau consensus au sein de l'assemblée départementale maintenant ?

Encore un nouveau défi aux Pieds Nickelés, Croquignol, Filochard et Ribouldingue ne vont pas vraiment pas faire recette à Thizy les Bourgs !



OL Land de A à Z: l'Eau source de vie pour nous tous...


lundi 15 juillet 2013

Caution OL LAND: une large majorité de lyonnais y sont opposés !

57% des lyonnais étaient opposés à une garantie financière du département en faveur d'OL Land, le 19 juillet, les conseillers généraux du Rhône vont-ils prendre le risque de voter en faveur de cette garantie ?







dimanche 14 juillet 2013

Une presse servile pour OL Land ?


En ce jour du 14 juillet 2013, nous pouvons encore nous enorgueillir d'avoir su (ou pu) préserver nos libertés individuelles jusque là !... pour combien  de temps encore ? 

Dès que nous, les Gones pour Gerland, essayons de réagir au roulot compresseur des promoteurs d'OL Land... c'est la chappe de plomb médiatique qui s'abat sur nous ! 

A part, quelques esprits retords (!) et encore libres d'esprit (nous les citons régulièrement dans le blog et nous les remercions de leur indépendance), plus de place à la liberté d'expression... l'info descend, n'est plus analysée, on se croirait parachuté sans les "nouvelles démocraties" arabes ou dans les "anciennes démocraties populaires" !

Il suffit d'un communiqué partiel, partial et mensonger des promoteurs  du complexe OL Land... pour voir tout le ban et l'arrière ban des journaleux "pisse-copies" reproduire servilement le vérité aulassienne. 


La même "information" pré-formatée, descendante, dirigée, partiale, partielle, fausse... en un mot mensongère !

Jugez plutôt ci-dessous...

Tout ça pour un stade dit "des lumières" !!!




Nous ne nous laisserons pas baillonner !

samedi 13 juillet 2013

OL Land... à un stade de plus en plus critique !

En 2009/2010, quand JeanMi nous parlait du financement d'OL Land, ça claquait sec, c'était net et sans bavures:
  • Un tiers Fonds Propres
  • Un tiers naming
  • Un tiers par endettement
Ben aujourd'hui c'est plus la même, le projet est bien privé, même de plus en plus privé oui... privé de ressources !

Même qu'après la caution du conseil général du Rhône (qui est de moins moins sûre d'être votée à nouveau le 19 juillet) la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) envisagerait d'y aller de sa modeste contribution financière...







La Caisse des dépôts et consignations (CDC), parfois simplement appelée Caisse des dépôts, est une institution financière publique de la France créée en 1816. Placée sous le contrôle direct d'une commission de surveillance rendant compte au Parlement, elle exerce des activités d'intérêt général pour le compte de l'État et des collectivités territoriales, mais elle a aussi des activités concurrentielles.