Favoriser toutes les initiatives qui participent au développement durable de notre cité et plus spécifiquement la valorisation des équipements sportifs, pour qu'ils profitent au plus grand nombre en respectant au mieux notre environnement actuel et celui de nos enfants

Twitter


lundi 29 octobre 2012

Pourquoi Michel Platini n'est pas venu voir OL Land ?


Jeudi matin, Michel Platini est venu visiter le chantier du stade... à Saint Etienne !

C'est vrai qu'à Geoffroy Guichard, c'est loin d'être "le pays des b..."! Car, leur stade à eux, il est près et il est prêt !

Malgré les trémolos de JeanMi, il n'a pas fait de détour sur le site du Mon-trou (c'est sur la route du retour pour aller sur Nyon pourtant non?) Bon... pas sûr que ce projet de temple du foot business plaise à l'UEFA !



OL Land-ouille...


A l'heure ou les tractopelles font crisser leurs chenillettes sur le site du Mon-trou, voici un très beau billet d'humeur de Ghislain Puyfagès sur FootbOL...












samedi 27 octobre 2012

OL Land... alors ce naming il vient ou pas ?

Alors que les engins de terrassement on commencé leur ouvrage (sic !) on attend toujours que JeanMi nous communique le plan de financement de ce projet quand même !

L'intéri-Maire de Décines a déjà décidé tout seul, personnellement et démocratiquement  d'engager presque 1 million (1.000.000 €) d'argent des contribuables (lire ici) pour la sécurité...

... et nous n'avons toujours pas de nouvelles de VINCI, pas de nouvelles de LAZARD et toujours pas de nouvelles d'un éventuel sponsor pour le NAMING !





On a parlé de HYUNDAI, mais on a toujours pas plus de nouvelles hein... 

On se demande bien comment ils vont pouvoir faire ?

 

vendredi 26 octobre 2012

OL Land: premières dépenses sécuritaires aux frais des contribuables...



On en est pas à un reniement près dans la grande démission de nos élus. Là, c'est au tour de l'intéri-Maire de Décines... 

Lors des enquêtes publiques toutes les questions de sécurité avaient été balayées d'un revers de la main, il n'y avait que les indécrottables qui s'échinaient à penser et dire qu'il y aurait un risque d'accroissement important de nuisances aux alentours du périmètre d'OL Land.

"OUI LOVE STADE DES LUMIERES à DECINES"



Pourtant, il est bien spécifié (point 4° ci-dessous) que la demande faite hier soir au conseil municipal de Décines concerne la prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens dans des lieux particulièrement exposés à des risques d'agression, de vol ou de trafic de stupéfiants non ?

Quel RAYONNEMENT !




Mais que les Décinois se rassurent... on va solliciter l'Etat (c'est à dire NOUS TOUS !) pour payer l'addition et pour un montant MAXIMUM...

Jean-Marc AYRAULT appréciera !



Et en bonus à tous nos fidèles lecteurs, cette vidéo qui restera dans les annales... 




Et à Jérôme STURLA, comme à tous les adhérents du PARTI du $TADE nous leur conseillons cette saine lecture:




Au regard des diverses expériences, internationales et nationales, l’impression qui se dégage est que c’est plus le sentiment d’insécurité que l’insécurité elle-même qui est combattu.





jeudi 25 octobre 2012

Ce projet de grand stade à Décines est de plus en plus flou !


La visibilité est de plus en plus médiocre sur le projet OL Land, les pelleteuses ont bien commencé leur ballet, mais uniquement pour faire un... trou !

Et c'est bien de trou dont il s'agit, le naming est en berne, du côté de Lazard (banque-conseil) on ne voit toujours rien venir, Vinci n'a toujours pas signé le protocole d'accord, il faut de nouveaux fonds propres à la foncière du Montout... un fameux trou non ?


 




Grand stade: coup de poker d'Aulas ?







mercredi 24 octobre 2012

OL Land: y-a-t'il des perspectives ?

On voulait en avoir le coeur net... Comment les financiers voient-ils le projet OL Land ? 

A tout seigneur tout honneur, les marchés financiers en premier. Ben pas trop brillant là... un seuil de résistance historiquement très bas sur toutes les maturités (à court, moyen ou long terme) et un support inexistant à 2,50 € (voir graphique ci-dessous).
 


Mais bon, ne laissons pas les marchés décider quand même...  Il y a des fondamentaux qui sont plus forts qu'une analyse technique non?

Bon... pas trop concluant non plus là, le chiffre d'affaires (CA) baisse régulièrement et les différents critères de rentabilité restent au sous sol...

 

Bon d'accord... mais, il y a bien encore des gens qui y croient alors?

Ben depuis l'introduction en 2007 il y en a de moins en moins semble-t-il !



Pas de perspectives, pas de confiance... c'est comme les travaux sur le Montout... 

il va aller au fond du trou !


mardi 23 octobre 2012

OL Land: Déplacements Citoyens communique !

Déplacements Citoyens                        
                   Association Loi 1901
                    Lyon - Villeurbanne

membre du collectif "Les Gones pour Gerland"

Contacts téléphoniques : 
04 78 29 19 92 - 06 82 88 73 84 (J. Murard, président)  
04 72 44 24 51 - 06 31 54 14 79 (J.C. Reverchon, vice-président) 
                             


L’OL est en lourd déficit pour la troisième année consécutive.

Son déficit cumulé atteint 91 millions d'euros en 3 ans

Il est urgent de renoncer au projet aussi chimérique qu'inutile d’un deuxième grand stade dans notre agglomération.  
  • Après les lourdes pertes enregistrées en 2009/2010 (35 millions d'euros) et en 2010/2011 (28 millions), le groupe OL vient d’officialiser ce jour une perte de 28 millions pour 2011/2012. Malgré ses participations à la Coupe d’Europe des champions, ses trois dernières années se traduisent ainsi par le chiffre astronomique de 91 millions de déficit cumulé.  
Dans cette situation,  l’OL est toujours dans l’incapacité de présenter pour son projet de stade à Décines le moindre plan de financement  crédible aux collectivités publiques l’ayant jusqu’à ce jour aveuglément  soutenu.
  • Avec de nombreuses autres associations, Déplacements Citoyens dénonce depuis plus de quatre ans  l’aberration d’un deuxième grand stade dans notre agglomération, dans un lieu très excentré dépourvu de métro
    Elle dénonce aussi  le gaspillage insensé d’argent public qui lui serait associé. Contrairement à la communication officielle, les engagements pris en 2008 par les partenaires publics du projet OL Land représentent en effet plus de 500 millions, dont 400 millions  sont à imputer au projet  

    Elle rappelle que le stade de Gerland, propriété de la Ville de Lyon, est incomparablement mieux placé dans notre ville,  qu’il peut être rénové,  et, si cela s’avérait utile, porté de 42 000 places à  plus de 50 000 places.
  • Si les décideurs publics, le Maire de Lyon en premier lieu,  continuaient à faire la sourde oreille à toutes les mises en garde qui leur sont prodiguées, ils  feraient la preuve de leur incompétence, et porteraient, en ces temps de crise, une très lourde responsabilité. 
 
Déplacements Citoyens leur demande de renoncer sans tarder au soutien  d’un projet  aussi chimérique qu'inutile.

Le trou d'OL Land va devenir un gouffre financier...

Lundi matin, les pelleteuses escortées par les CRS ont commencées leur ballet sur le site du Montout... Encore un nouveau coup de bluff de JeanMi, il n'a même pas bouclé le financement et c'est dans le Figaro:




Mais si du financement  il n'en est rien, du plan non plus... des 450 millions de besoins financé en 3 tiers (1/3 OL, 1/3 naming, 1/3 banques), on en est bien loin:
  • L'apport de l'OL c'est 100 millions, soit 50 millions de moins
  • le naming, c'est 0 millions, soit 150 millions de moins
  • Vinci c'est même pas sûr que ce soit 100 millions
  • Et pour les banques ce sera donc:  200 millions !











Un peu court tout ça non ? Et, comme dit le Président de Carton Rouge,  "si une hirondelle ne fait pas le printemps, ce n'est pas "une pelleteuse qui fera le financement" !




Bon, on oubliait... il reste 32 recours qui n'ont pas été jugé !

 

dimanche 21 octobre 2012

OL Land, un grand trou avant de devenir un gouffre ?

Sur un projet qui s'enlise depuis 6 ans, une décision vient d'être prise: 
faire venir les pelleteuses sur le site du Montout ! 





 
Un acte courageux et responsable ?

Une décision forte, une décision folle ?

Les travaux de terrassement vont donc démarrer ce lundi, sur quelle parcelle de terrain, on ne le sait pas. Il n'y a aucune déclaration préalable de chantier... qu'à cela ne tienne! Sur les 45 hectares, 39 appartiennent encore au Grand Lyon et à la Commune de Décines... la foncière du Montout prend un risque important d'entamer des travaux sur des terrains ne lui appartenant pas !

Si, par malheur, la construction commençais,  ce ne pourrait être qu'en avril/mai 2013, les délais de construction étant de 30 mois, on arriverait au 1er octobre 2015 donc !

Du bluff encore, de l'intox toujours !

Mais comme la sagesse populaire le dit:

"à la Saint Elodie, on oublie tous ses soucis"


Bon va falloir pour ces "chers Messieurs", parce que cela ne va pas s'arranger!


PS: la sainte Elodie est précisément le lundi 22 octobre !


... et pas une "liebherr" !





samedi 20 octobre 2012

OL Land... le dernier pari de Jean-Michel Aulas

Quand il n'y a plus d'argent, il y en a encore... OL Land, c'est comme la bulle immobilière espagnole, y a pas d'argent, qu'à cela ne tienne, on va en créer !!!

Rappelez-vous de la crise des "subprimes" en 2007, cela a commencé au US et l'ensemble de la planète en paye encore actuellement les pots cassés. C'est vrai que cela a créé de l'emploi dans le BTP, mais à quel prix ? Gégé devrait méditer cette leçon économique là... ou demander à Arnaud Montebourg de lui expliquer ! (on ne pense pas qu'il puisse encore demander ça à DSK?) Le chômage espagnol est passé à 25% et atteint 50% chez les moins de 25 ans ! Trop fort non ?

Jean-Mi a beau nous dire que l'OL est une "start up", nous on a tendance à voir que c'est plutôt une "start down". "Start down" pour un chiffre d'affaires qui chute, "start down" pour des résultats sportifs en baisse, "start down" pour une fréquentation en chute libre... 

Bon maintenant JeanMi "a les crocs" ce qui paraît de plus en plus évident à tous les lyonnais (la rénovation de Gerland) ben lui il montre les dents... et nie l'évidence !




Bon, vous avez bien lu... les coups de pioche vont démarrer sur le Montout à Décines ! Lundi matin à la première heure, "nom de d..." affutez vos pelleteuses et préparez vos godets hein !

L'intéri-maire de Décines a même prévu  un nouveau costard pour l'occasion, probablement en attendant le nouveau "costard" que vont lui tailler les décinois aux élections municipales de 2014 !

Lors de son prochain conseil municipal, il a même prévu une demande budgétaire de presque 1 million pour installer la vidéo-surveillance sur le périmètre d'OL Land !... et si Jean-Marc Ayrault pouvait raquer ce serait bien non ? Il croit encore à la multiplication des pains cet ephè-maire !

Mais revenons à OL Land... plusieurs inconnues, et pas des moindres demeurent: 
  1. Vinci n'a toujours pas signé (contrairement à ce que JeanMi annonçait)
  2. Le naming n'est toujours pas signé (et s'il se signait, ce n'est plus 150 "patates" pour 10 ans, mais 40 fois moins a minima !)
  3. Le tour de table financier n'est toujours pas finalisé... ça fait 18 mois qu'il aurait du l'être !
  4. Il reste 30 recours sur ce projet... dont celui sur le permis de construire... 
JeanMi  essaye de forcer le destin et s'enferre sur ce projet, il accélère... pour se précipiter "droit dans le mur" !

Quel pari... stupide !




Grand Stade de Lyon à Décines, mais jusqu'ou pourrait aller Jean-Michel Aulas ?

On se le demande vraiment !

Tout ça ne fait pas très riche quand même... et montre de plus en plus son manque de retenue et de "fair play" !




mardi 16 octobre 2012

Avant OL Land, il y a eu d'autres mensonges...

On ne parlait pas encore d'OL Land... mais les mêmes ficelles étaient utilisées pour masquer la réalité des choses... C'est le cas de la Rocade des Villages !!!

En 1986, le marketing de l'époque balbutiait et la communication était plutôt sommaire.  Le document de communication sur l'enquête publique comportait 4 pages, la première en couleur et le reste en monochrome.

Le dessin de la première page (ci-contre) tentait déjà de dissimuler la réalité des choses on peut y voir stylisé un Y sur fond orange représentant la confluence du Rhône et de la Saône avec la ville de Lyon en arrière plan. La rocade est représentée par deux courbes qui se déploient dans la verdure à l'est de lyon et permettent de relier les différents villages de l'est de l'agglomération... avec un nom flatteur:

LA ROCADE DES VILLAGES

Aussi recherché concernant OL Land que:

LE STADE DES LUMIERES  



La vocation (avouable) de cette "Rocade des villages" était d'assurer une bonne desserte des communes de l'Est de l'agglomération lyonnaise !

Pour OL Land on a parlé de rayonnement de Lyon appuyé par des discours (plus ou moins) inspirés sur le dynamisme économique, les créations d'emplois... toujours de la com et l'intox !




Initialement CD 300, la Rocade des Villages est passée en 1989 route nationale 346 et devenue ainsi un axe autoroutier nord / sud majeur. Le trafic local, systématiquement dirigé vers cette artère, se mèle au trafic à plus longue distance. Le trafic de poids-lourds y est très intense et représente l'unique traversant l'agglomération en Nord/Sud et autorisé aux poids-lourds

Le trafic actuel (autour de 85 000 véhicules/jour), en croissance continue, ne pourrait pas absorber le surplus de circulation généré par OL Land et selon routes-wikia.com une mise à 2x3 voies de la RN346 est très probable. Pour financer cet élargissement, si ce complexe devait voir le jour, une mise en concession pourrait être envisagée, ainsi, la RN346 pourrait à cette occasion être surclassée en A46. 

Voilà ou mènent les Mensonges et l'intox !

samedi 13 octobre 2012

Fête des AMAPs au Montout

Le Montout, c'est tout un symbole pour toute l'agglomération lyonnaise et l'ensemble du département, ce n'est pas un hasard si les AMAPs du Rhône viennent y "faire la fête" ce dimanche.

Lyon, capitale de la résistance est capable de résister aux nouvelles oppressions actuelles (à lire ici). Oppressions beaucoup plus insidieuses actuellement, elles n'apparaissent pas comme telles au départ mais peuvent contraindre nos territoires, c'est à dire les hommes et la nature pour plusieurs décennies... 
  • Destruction du V-VERT
  • Expropriation des agriculteurs
  • Dégradation de  la qualité de l'air 
  • Coupures des corridors écologiques
  • Démembrement des surfaces agricoles 
  • Démantèlement des espaces naturels sensibles
  • Détournement des priorités du PDU (Plan des Déplacements Urbains)
  • Création de nouvelles voies pénétrantes inutiles aux besoins des usagers
 
Lyonnais, résistons !




jeudi 11 octobre 2012

Le foot-business contre l'agriculture paysanne

Dans le classement des Grands Projets Inutiles Imposés (1), la construction du Grand Stade de l’Olympique Lyonnais, appelé temporairement « OL Land », pourrait figurer en bonne position. Promu conjointement depuis 2007 par Jean-Michel Aulas, PDG de OL Groupe et Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et président du Grand Lyon, ce projet, estimé à 450  millions d'euros, ne se contente pas d'envisager la construction d'un nouveau stade de foot de 60 000 places mais un immense complexe sportif et commercial sur 50 hectares. Ce qui se joue avec ce projet n'est pas une querelle technique ou stratégique sur l'emplacement d'un nouveau stade mais, plus fondamentalement, l'enjeu politique de caractériser et de promouvoir ce qu'est l'intérêt général. Pour nous, c'est le choix entre une course en avant aveugle d'un coté et la transition écologique et sociale de nos territoires de l'autre ; pour nous, c'est le choix entre le foot-business et l'agriculture paysanne.

La célébration du foot-business : un intérêt général bien particulier

Ne nous faisons aucune illusion sur les discours angéliques qui justifient ce projet par la rhétorique si peu critiquée de la « cause noble du sport ». D'abord, parce qu'une telle cause, si toutefois il était possible d'en formuler la signification, ne va pas de soi. Bien au contraire, nous sommes plutôt enclin à penser, comme Michel Caillat (2), que le sport n'est pas neutre politiquement mais porteur de représentations du monde et de valeurs inconsciemment incorporées ; ou encore, comme George Orwell, que le sport « c'est la guerre sans les coups de feu ». Le foot-business, dont l'OL est probablement une figure de prou, est le reflet d'une idéologie, celle de la compétition de tous contre tous et de la loi du plus fort, le reflet d'un capitalisme bien installée dans les esprits. Défenseurs d'un autre monde plus juste, plus solidaire, plus humain, nous ne faisons pas l'impasse sur la critique nécessaire de cette institution sociale complexe qu'est devenue le sport. 
Ensuite, parce que ce projet n'est rien d'autre qu'une opération financière à peine déguisée. Sous prétexte que le stade de Gerland ne serait pas suffisant pour satisfaire la demande du public et répondre aux exigences de l’Euro 2016, l'OL entend bien assurer son parcours boursier, dont on connait les incertitudes, par l'acquisition d'un actif immobilier conséquent. Pour Jean-Michel Aulas, le stade de Gerland, qui ne lui appartient pas, ne dégage pas assez de revenus propres. Avec ce projet, OL Groupe pourra développer des activités annexes fortement rémunératrices : des bureaux, des boutiques, plusieurs équipements de loisirs et de divertissements, des centaines de chambres d’hôtel et quelques 8 000 mètres carrés de bureaux d’affaires. 

Mais si OL Groupe a de grandes ambitions, ce n'est pas à n’importe quel prix : pas question d’acheter des terrains constructibles au prix du « marché » ou de supporter seul les investissements. En ayant acheté au Grand Lyon des terres classées agricoles à 45 Euros/m² quelques mois avant que ces mêmes terres passent en constructible grâce à une révision du PLU adoptée par le Grand Lyon, on peut dire que l'OL a mené une belle manoeuvre spéculative : les terrains pourront être revendus aux entreprises souhaitant investir dans le projet à plus de 300€/m². Une opération concertée entre Aulas et Collomb ? Plusieurs faits nous y invitent (3). Autre manoeuvre « habile », en mai 2011 le Grand Stade est reconnu comme étant d’intérêt général, selon une loi d’exception pour les stades de l’Euro 2016. Au mépris du Code des collectivités publiques et du Code du Sport, cette loi autorise les collectivités à arroser d’argent public des entreprises lucratives privées. Le Grand Stade déclaré d'intérêt général, dès lors, tout est facilité pour la stratégie économique de l'OL : autorisation d’installation dans la zone protégée du « V vert » (4) de l’est lyonnais, révision du PLU (5) facilitée, expropriation forcée des paysans sur l’emplacement du complexe sportif et le long des nouvelles infrastructures d’accès et, cerise rose pâle sur le gâteau empoisonné, tous les coûts liés aux infrastructures d’accès - routes, parking, tramways - seront supportés par des fonds publics ; quelques centaines de millions d'euros (6). 

Ces politiques d’« investissements et pertes publiques ; bénéfices privés » sont tout aussi connues que dangereuses. Investir des fonds publics dans des infrastructures favorisant exclusivement une entreprise privée pour un projet, dont les motifs d'intérêt général sont plus que discutables, alors que tous les budgets fondamentaux des collectivités territoriales – notamment la santé et l'éducation sont asphyxiés par des coupes budgétaires sans précédent, est une totale aberration. Si ces quelques raisons nous suffisent pour refuser catégoriquement un tel projet, il en est une qui nous touche particulièrement, celle du devenir des zones agricoles péri-urbaines, et qui nous oblige à poser une question éminemment politique : de quel intérêt général parlons-nous ? 

Maintenir et développer une agriculture péri-urbaine nourricière: une nécessité d'intérêt général 

Ce Grand Projet Inutile Imposé, version lyonnaise, implique la destruction d'une centaine d'hectares de terres agricoles fertiles, le démembrement d'ensembles agricoles cohérents et opérationnels, ainsi que l'expropriation d'une trentaine de paysans. L'exemple de la famille Morel en est significatif. Maraichers sur la commune de Chassieu depuis plusieurs générations, nourrissant une soixantaine de familles en AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) et livrant plusieurs marchés de l'agglomération lyonnaise, ils vont être expulsés sans aucune possibilité de reclassement. Une ferme de plus qui va donc disparaitre et s'ajouter aux 35 000 autres connaissant le même sort chaque année (7). 

La réalisation de l'immense complexe du Grand Stade ainsi que les infrastructures d’accès vont mettre à mal un équilibre territorial déjà fortement fragilisé par la pression urbaine. Les terres agricoles qui vont être urbanisées pour ce projet sont à l’image d'une France qui continue de grignoter ses terres fertiles et de réduire les capacités d'autonomie alimentaire de ses territoires (8). Chaque année, ce sont 66 000 ha de terres agricoles qui sont artificialisés, soit l'équivalent de 160 ha par jour ou encore la surface d'un département moyen qui disparaît tous les 10 ans. En Rhône-Alpes, ce sont quelques 4000 ha de terres qui perdent leur usage agricole chaque année, avec une forte pression en zones péri-urbaines faisant peu à peu disparaître les derniers paysans situés en proche périphérie des centres urbains. 


En totale contradiction avec toutes les recommandations récentes des pouvoirs publics (SCOT, Charte d'objectifs pour l'agriculture péri-urbaine, Agenda 21, Conseil de développement, ...), nous assistons donc une destruction silencieuse du potentiel agronomique de la France, de ses capacités d'auto-suffisance alimentaire (9), qui va à l'encontre de la nécessaire transition écologique et sociale que nous devons opérer sur nos territoires. Une transition qui vise prioritairement à remettre au coeur de nos préoccupations les besoins vitaux des populations et parmi ceci l'alimentation. L'enjeu est aujourd'hui largement documenté et de multiples expérimentations, comme les AMAP, en montrent la voie : pour pouvoir nourrir les populations - en préservant les ressources naturelles, dans le respect de la santé humaine, en favorisant un aménagement équilibré du territoire, en consolidant le tissu rural local, en recréant du lien entre les mondes urbain et rural et en arrêtant de piller les ressources du sud - il est essentiel de maintenir et de développer une agriculture de qualité et créatrice d'emplois en zone péri-urbaine. Il s'agit d'un enjeu majeur de notre temps, une nécessité d'intérêt général qui ne peut être bradée sur l'autel de la finance ou de la folie des grandeurs. Chaque ferme qui disparaît, chaque hectare de terre fertile artificialisée est une insulte à l'avenir. Ici comme ailleurs, nous devons résister à ces renversements de priorités, nous devons porter collectivement une autre voix pour que l'intérêt général ne soit plus une notion vague mais bien l'expression de projets communs ayant une forte utilité sociale et écologique. 


Résistances et réappropriation citoyenne

Depuis quatre ans, de nombreux citoyens et plusieurs associations luttent pour faire connaître les aberrations de ce projet et tenter de l’endiguer. La bataille se mène sur tous les fronts : une trentaine de recours juridiques sont en cours, la bataille des idées avance notamment avec une pétition qui a réuni en quelques jours le soutien de plus de 5000 personnes sur l'idée que la défense et la promotion d'une agriculture péri-urbaine nourricière est une oeuvre d'intérêt général (10), la convergence des luttes s'organise autour d'un collectif d'une trentaine d'associations11 et la mise en place d'un camp de résistance sur les terres menacées (en lien avec les autres ZAD "Zone à Défendre" comme celle de Notre-Dame-des-Landes). S'appuyant sur des revendications locales et très concrètes (des habitants, des paysans, des citoyens, …), la mobilisation contre le stade fait émerger des réflexions politiques de fond que chacun se réapproprie progressivement : vers quelles priorités devraient s'orienter les actions et le financement des collectivités publiques ? Quels sont les processus de décision ? Quelle intervention citoyenne pour décider de l'aménagement d'un territoire ? De quel intérêt général parlons-nous ? Comment résister tout en créant ? La résistance à ce projet aberrant de l'OL Land devient un catalyseur de réappropriation citoyenne des enjeux du « vivre ensemble », des enjeux d'intérêt général comme la promotion d'une agriculture nourricière de proximité.



(1) Le 2° Forum Européen contre les Grands Projets Inutiles Imposés a eu lieu du 7 au 11 juillet 2012 à Notre Dame des Landes (près de Nantes,-Loire Atlantique France). Voir : http://forum-gpii-2012-ndl.blogspot.fr/
(2) Michel Caillat. Le sport, Collection Idées reçues, Le cavalier bleu, 2002
(3) Voir : Lyon Capital, mars 2012
(4) Cette zone agricole, comprise entre Décines et Chassieu, est inscrite à l’inventaire des espaces naturels sensibles du Département et figure également dans celui des sites d’intérêt écologique du Grand Lyon.
(5) Plan Local d'Urbanisme
(6) Voir le site www.carton-rouge-decines.fr pour plus d'informations sur le contenu de ce projet.
(7) La France compte actuellement 500 000 fermes, appelées « exploitations agricoles », soit environ cinq fois moins qu'en 1950.
(8) Renforcer « le degrés d'autonomie alimentaire de l'agglomération » lyonnaise figure pourtant dans un certain nombre de recommandations, notamment celles du Conseil de développement du Grand Lyon qui publiait en 2010 une contribution intitulée «Maintenir et soutenir l’agriculture périurbaine comme vecteur de développement d’une métropole lyonnaise durable ». Cette contribution appelait à conserver et à gérer le foncier agricole de façon pérenne pour développer l'agriculture péri-urbaine. Où en sont ces intentions au moment où l'on s'apprête à exproprier des dizaines de paysans et à bétonner une bonne centaine de terres agricoles fertiles en zone péri-urbaine ?
(9) Faut-il rappeler que, par exemple, nos troupeaux sont dépendants à 80% de l’importation de tourteaux protéagineux depuis les États-Unis, le Brésil ou encore l'Argentine, ou encore que le Limousin ne produit que 8 % des aliments qu’il consomme ?
(10) Pour voir et rejoindre les 5000 signataires de la pétition : http://www.alliancepec-rhonealpes.org/PetitionGrandStade
(11) Voir : http://lesgonespourgerland.blogspot.fr

mercredi 10 octobre 2012

OL Land: encore des pressions ?

Nous laissons à votre réflexion une des dernières déclarations de Monsieur Jean-Michel AULAS sur les recours juridiques concernant son projet de Grand Stade - OL Land:


"...cet acharnement juridique sur les recours n’a pour but que de repousser un certain nombre d'échéances et apparaît désuet ou dérisoire. Nous avons donc décidé de prendre des dispositions pour exiger un certain nombre d’indemnités si les recours n’aboutissent pas, ce qui a toujours été le cas jusqu'à présent"




Voici des propos qui sont lourds d'arrière-pensées et qui remettent en cause les fondements même de notre droit et correspondent à une atteinte au droit au recours. Nous tenons à lui communiquer les bases mêmes de ce droit.

  • La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen:
Article 16: « Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution ».
  • La reconnaissance par le Conseil constitutionnel du droit à un recours:
Valeur constitutionnelle au recours effectif (DC n°96-373 du 9 avril 1996 ; DC n°99-411 du 16 juin 1999)
  •  Les fondements de la convention européenne des droits de l'homme:
Article 6:  « 1. Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera, soit des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle. Le jugement doit être rendu publiquement, mais l'accès de la salle d'audience peut être interdit à la presse et au public pendant la totalité ou une partie du procès dans l'intérêt de la moralité, de l'ordre public ou de la sécurité nationale dans une société démocratique, lorsque les intérêts des mineurs ou la protection de la vie privée des parties au procès l'exigent, ou dans la mesure jugée strictement nécessaire par le tribunal, lorsque dans des circonstances spéciales la publicité serait de nature à porter atteinte aux intérêts de la justice».



Les citoyens sont de plus en plus inquiets sur les pressions qui peuvent être faites sur la justice qui ont pour seul but la spoliation d'un droit fondamental, garant de nos libertés: le droit au recours.


mardi 9 octobre 2012

OL Land reporté aux "Calendes Grecques" ?


On est bien loin d'une livraison pour juillet 2010 comme JeanMi nous le promettait en 2007, évacuée également "sa" confirmation d'une inauguration pour la fête des lumières du 8 décembre 2013, l'avant dernière "date certaine" de décembre 2014 a volé également en éclat pour laisser place à un évasif début 2015... qui vient de s'allonger au mois de juin 2015 !



samedi 6 octobre 2012

OL Land: y a-t-il un plan de financement ?


En juillet 2011, nous avions eu ces quelques chiffres parus dans Lyon Info... L'OL devait partager l'opération avec VINCI qui allait bien sûr se précipiter et le "namer" signer les yeux fermés un chèque en blanc pour 15 ans !

Octobre 2012... on a toujours pas vu l'ombre d'un tableau de financement, la cagnotte de l'OL a du fondre un peu plus, le "namer" est très discret et le silence de Vinci frise le mutisme permanent... quand aux besoins de financement on a toujours aucune précision mais l'enveloppe demandée doit croître encore et les banquiers décroître !

Mais toute ces incertitudes qui perdurent n'ont pas empêché nos impôts d'être déjà mis à mal pour des infrastructures destinées à un projet aussi mal ficelé, "branliquotant" et de plus en plus incertain!


vendredi 5 octobre 2012

NON, le projet de Grand Stade n'est pas un projet privé !

cliquer sur la carte pour l'agrandir

Outre le fait que l'ensemble des infrastructures ci-dessus vont être financés par nos impôts, aucune de celles-ci ne va permettre le redressement industriel du pays, PIRE, l'effet fiscal va dégrader la compétitivité des entreprises lyonnaises et les salariés de ces mêmes entreprises vont être pénalisés pour se rendre à leur lieu de travail...


jeudi 4 octobre 2012

Pourquoi VINCI irait-t-il "se commettre" dans OL Land ?

JeanMi a beau nous promettre depuis dix-huit mois la signature d'un protocole d'accord avec Vinci on se pose deux questions:


Nous sommes aujourd'hui la "semaine prochaine"et il n'y a toujours rien de signé? Encore un coup de bluff pour faire illusion encore et encore ?






Si ce projet est aussi "juteux" pourquoi le Foncière du Montout ferait entrer Vinci dans cette "martingale" ? Ils doivent être de plus en plus réservé maintenant non ?

Et puis, les plus-values à attendre sur les expropriations des terrains, ça va pas être évident de pouvoir les intégrer dans les comptes non ? Et les risques juridiques ?